• psmontreux

"Au Parti socialiste, nous sommes convaincu·e·s que l'accès au soin doit être universel"

L’entrée dans les années 2020 a été marquée par la pandémie de Covid-19. Cette période si particulière, qui a marqué notre ère, a permis à plusieurs problématiques qui étaient dans l’ombre de se faire connaître du grand public. En tout premier lieu, nous avons tous été confrontés à des inquiétudes concernant notre santé, celle de nos proches et plus largement sur les limites du système de santé de notre pays. Entre manque de matériel et de personnel, l’accès et la qualité des soins ont été compromis. Les plus jeunes et les plus âgés ont été fortement impactés dans leur intégrité physique, psychique et sociale.





La situation n’est pas nouvelle, la pandémie n’a fait que révéler l’urgence de réformer notre système de santé.

Au Parti Socialiste, nous sommes convaincus que l’accès aux soins doit être universel.

Une démarche constante d’économies à tout va et une demande de rentabilité maximale des infrastructures de soins sont des non-sens et fragilisent notre système qui a eu de la peine à tenir face à une pandémie. S’il a tenu, c’est grâce à l’engagement sans faille du personnel des lieux de soins. Mais à quel prix ? Au prix de l’épuisement des soignants, au prix du report des opérations dites « non-urgentes », au prix d’un engorgement des filières de soins, au prix de délais qui s’allongent pour être soigné.


Pour lutter contre la toute-puissance des assurances maladie qui imposent une pression de rentabilité impossible à tenir, il est nécessaire de créer une caisse cantonale unique qui rembourse de manière équitable tous les soins, y compris les soins dentaires, les soins de psychothérapie et le recours à des services d’urgence.

Il est indécent de mettre la faute de l’explosion des coûts de la santé sur les gens qui feraient soi-disant trop appel à des soins. La responsabilité se trouve dans les immenses réserves que font les assurances maladie, sur leurs obscurs calculs du risque, dans le manque d’investissement dans la prévention et la promotion de la santé.


Voter socialiste le 20 mars prochain c’est renforcer le service public, c’est se battre pour des meilleures conditions de travail pour les soignants, c’est dire stop à une rentabilité sur le dos de notre santé et de notre population.


Jessica Ribeiro

Candidate au Grand Conseil


42 vues0 commentaire